De Tigmert à El Ouatia

De Tigmert à El Ouatia

Arrivés à Tighmert, nous nous installons au camping L’Oasis. Nos amis nous rejoignent et nous passons l’après midi à discuter puis visiter l’oasis et rencontrer de jeunes artisans locaux (ils fabriquent des bijoux berbères). L’oasis est magnifique, c’est très paisible de se balader dedans et ça en devient mystique lorsque se fait entendre l’appel à la prière. Nos amis doivent partir le lendemain donc nous passerons la journée avec eux mais nous avons prévu de revenir plus tard à Tighmert revoir ces accueillants marocains et prendre un cours de créations de bijoux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, nous partons donc à Guelmim où nos amis doivent prendre un bus pour Marrakech à… 2h du main, nous avons un peu de temps devant nous alors entre un resto, un thé ou un café, nous découvrons la ville en large et en travers. C’est samedi, en plus des magasins habituels, en fin de journée, la ville se remplit de vendeurs en tout genres. Du marchand de légumes au poissonnier en passant par le vendeur de chaussures ou de… télécommandes, il y en a pour tout le monde et tous les goûts. La ville grouille de monde, c’est très impressionnant.

Nous laissons nos amis vers 21h30, bien fatigués, nous allons dormir sur le parking du supermarché Marjane à la sortie de la ville.

Le lendemain, nous prenons la roue de El Ouatia, petit village très agréable situé à 25 km au sud de tan-tan et à 100km de la lagune de Naila, l’objectif le plus au sud de notre voyage !

De Tiznit à Tighmert

De Tiznit à Tighmert

Ce matin nous quittons le spot de surfer direction Tiznit pour faire le plein de légumes et de viandes. Nous nous garons à coté d’une mosquée proche de l’entrée de la médina.

De petites ruelles, couvertes ou non s’entrecroisent puis laisse place à de plus grandes avenues ou s’installent de nombreux marchands.

Les stands commencent à plier, nous commençons nos achats.

Sur la liste des courses, 7.5 kg de légumes, 2 kg de viandes, quelques œufs, de la menthe et de la coriandre.

Le boucher où nous nous arrêtons est en train de manger, il partage avec nous la viande de son tajine. Cassiopée n’est pas en reste puisqu’elle se fait offrir trois mandarines et un œuf fraîchement pondu dans les différents stands.

Légumes 27 MAD, viandes 105 MAD, œufs 10 MAD, herbes 2 MAD. A tout cela s’ajoute 25kg d’orange acheté en bord de route pour 40 MAD.

C’est les placards et le congélateur bien remplis que nous reprenons la route jusqu’au petit port de pêche de Fidi Boulfdail pour y passer quelques jours. Anciennes maisons de pêcheurs et nouveaux entrepôts se mélangent face à l’océan. Derrière, quelques terrasses permettent de cultiver malgré le climat aride.

Il ne faut pas se fier à la végétation sur les deux dernières photos, de récentes et abondantes pluies ont transformés le désert en paysage verdoyant.

Nous sommes contactés le soir par les copains Batou et Coline, ils sont à la palmeraie de Tighmert pour 2 jours puis ils rentrent en France. Nous écourtons le séjour et partons dès le lendemain les rejoindre. La route reliant Mirleft (10 km au sud de notre position) à Guelmim (Goulimime)est magnifique.

Après Guelmim (Goulimime), il nous reste 15 km pour rejoindre l’oasis de Tighmert.

 

De Larache à Tamri

De Larache à Tamri

Le lendemain, nous prenons la route pour Larache. Nous nous arrêtons dans la ville pour trouver un bureau de change, acheter une carte internet. Nous irons nous poser à la sortie de la ville à une aire de camping-car histoire de se remettre à neuf (vidange et remplissage eau, toilettes). L’aire est sympa, restaurant, aire de jeux pour enfants mais on est un peu… collé serré. C’est aussi gardé 24/24, pour 50 MAD (moins de 5 euros).

 

Ensuite, nous descendons jusqu’au lac de Sala Al Jadida, à l’est de Rabat. L’endroit nous convient mieux….. Aucun touristes, que des bergers et des locaux venus se balader.  Nous  restons 3 jours et on apprend le dernier jour (quand la police est venu nous voir), que l’on était gardé 24/24 par une voiture et 4 gardes (phares allumés direction le camping-car la nuit.

On ne rigole pas avec la sécurité des touristes au Maroc!

 

C’est reparti direction le sud, nous faisons une halte à Casablanca, prenons des photos de la belle mosquée (que vous ne verrez pas hein!!!) et allons faire des courses et manger dans la médina.

Pour info, voici quelques prix en février 2018 (1 EUR = 11 MAD après change. Pour la conversion on divise par 10, c’est plus facile et on n’est pas loin de la réalité):

1 pain : 1 MAD,

1 kg avocats : 15 MAD,

1kg poivrons, 1kg courgettes, 1kg carottes, 1kg concombres ou 1 kg pomme de terre : 5 MAD,

1 sandwich frites kefta : 12 MAD.

Nous quittons ensuite la ville pour dormir à quelques kilomètres de la centrale thermique Jorf Lasfar, ce n’est pas très glamour mais l’espace en herbe est grand, il est déjà tard, ça dépanne…

 

Le lendemain, nous roulons jusqu’à Oualidia, petit village de pêcheurs avec sa lagune. C’est magnifique (en plus, plus nous descendons dans le sud, plus le dépaysement est grand, dans certains villages, il n’y a quasiment pas de voitures, c’est encore sur des carrioles tirées par des chevaux ou seulement sur un âne que les marocains se déplacent).

Revenons à Oualidia, là bas si vous avez faim d’un poisson frais, rien de plus simple : allez vers la plage pour achetez votre poisson directement au pecheur puis amener le se faire cuire sur l’un des barbecue de plage. Installez vous à une des nombreuses tables, faite vous servir. Le tout les pieds dans le sable et la tete à l’ombre (vue imprenable sur l’océan !).

Nous dormons sur un parking réservé au camping-car à 2 pas de la mer (30 MAD).

Je précise qu’au Maroc, dans la plupart des endroits où l’on est posé, des vendeurs passent quotidiennement (pain, légumes, poissons…), bien evidemment dans les campings mais également dans les lieux reculés . Ils vendent mais ils achètent aussi…

 

Nous reprenons la route du sud par la cote et nous nous arrêtons pour la journée à Zaouiet Bouzarktoune sur un parking de graviers au bord d’une grande plage. Il fait toujours beau mais le vent souffle fort depuis quelques jours. C’est très joli, un tout petit village mais nous n’y passons qu’une nuit.

 

Le lendemain, après une halte à Essaouira pour découvrir les Carrefour Market (où l’on trouve les mêmes produits qu’en France, jambon compris !), nous rejoignons Sidi Kaouki. Nous traversons ce petit village de pêcheurs et kite surfeurs pour se poser dans un coin superbe. Après 2 km de pistes, nous arrivons sur un grand espace nature non loin de la falaise. Nos voisins sont le berger, ses 2 anes, son troupeau et 4 dromadaires (des photos… bah non toujours pas!!!). Il y a aussi les marchands quotidiens… on ne manque de rien. Nous restons 3 jours mais nous devons partir ensuite car nous n’avons plus d’eau. Direction le camping de Sidi Kaouki, à la base pour 1 jour mais il pleut, nous y passons 2 jours (60 DAM par jour sans électricité).

Tous les pleins faits (eau, essence, courses), nous revoilà parti. Nous nous arretons à coté de Tamri (nous apprendrons plus tard que c’étais la capitale de la banane bio au Maroc, domage nous ne nous sommes pas arrété), toujours garé au bord de l’eau, nous voulions n’y passer qu’une nuit mais il pleut, alors on reste et on en profite pour rattraper notre retard sur le blog….

Et surprise, les photos sont de retour !